La comptabilité générale, analytique et nationale

On distingue 3 modèles de comptabilité : la comptabilité générale (ou financière), la comptabilité analytique (base du contrôle de gestion) et la comptabilité nationale (système comptable appliqué à l’échelle nationale).

Définition et avantages de la comptabilité générale

La comptabilité générale est celle qui est mise en œuvre quotidiennement dans une entreprise (enregistrement des opérations courantes). Cette tenue au jour le jour, qui est une obligation légale, permet l’établissement régulier de documents exigés par l’administration (la déclaration de TVA par exemple). Mais surtout, elle est nécessaire pour produire le bilan, le compte de résultat et l’annexe en fin d’exercice (année comptable). La comptabilité générale présente plusieurs intérêts : elle constitue un outil de contrôle des transactions réalisées par l’entreprise, elle peut servir de preuves au niveau des tribunaux quand un litige se produit, elle est nécessaire pour calculer l’assiette des impôts, elle sert à informer les tiers sur la situation financière présente et à venir de l’entreprise et enfin, elle est incontournable lorsqu’il s’agit de prendre une décision d’ordre financière.

Le but principal de la comptabilité générale est de produire le bilan, le compte de résultat et l’annexe. L’établissement de ces documents constitue les opérations de fin d’exercice.

La comptabilité analytique

La comptabilité analytique constitue un outil de pilotage d’une entreprise. Elle est axée sur la notion de coût, plus précisément sur leur calcul, analyse et contrôle selon 4 méthodes : coûts complets, coûts variables, coûts directs et coûts standards. Elle permet d’évaluer les différents composants du bilan et constitue un instrument privilégié de l’analyse du compte de résultat. Ces études approfondies sont réalisées dans une optique de fixation d’objectifs chiffrés de l’entreprise et des conditions permettant l’atteinte de ces objectifs. Voilà pourquoi cette comptabilité est surtout utilisée par les contrôleurs de gestion. D’ailleurs, la plupart des théoriciens préfèrent opter pour l’expression « comptabilité de gestion ».

La comptabilité analytique, qui n’est pas obligatoire, se base sur les chiffres fournis par la comptabilité générale. Elle est souvent mise en œuvre par les grandes sociétés qui souhaitent connaître leurs leviers de croissance.

La Comptabilité Nationale

Ce 3e modèle est propre à l’État. Il s’agit d’un document créé par l’État à destination des agents économiques, mais également du gouvernement pour l’aider à définir les grandes lignes de sa politique économique. Les différentes données intégrées dans la Comptabilité Nationale sont appelées les agrégats. Il s’agit par exemple du Produit Intérieur Brut, de la Capacité de financement des ménages ou encore, du Revenu Disponible Brut des Ménages composé des Dépenses de consommation finale et de l’Epargne Brut. La Comptabilité Nationale permet de quantifier le développement économique, de calculer le taux de croissance, de déterminer l’évolution de la consommation ainsi que celle de l’épargne, de définir l’état de l’investissement et d’informer sur le niveau de la dette et celui de la richesse. La Comptabilité Nationale adopte une approche globale (analyse de l’économie dans son ensemble), mais également détaillée (les performances et lacunes des secteurs institutionnels sont passées au crible).

La Comptabilité Nationale, produite par l’Insee en France, permet d’appréhender par les chiffres la situation économique du pays (fonctionnement, évolution et résultats).


Autres articles intéressants