L’expert comptable

En 2014, on dénombrait en France 20 000 experts-comptables travaillant en indépendant ou dans l’une des 17 000 sociétés d’expertise comptable du pays. Ces experts-comptables et sociétés d’expertises comptables sont sollicités par 2 millions d’entreprises tous secteurs confondus. Leur clientèle compte également des particuliers. Son nom laisse peu de place à l’ambigüité : l’expert comptable est l’expert reconnu en matière de comptabilité. On ne s’improvise pas expert comptable, et ce, malgré des années d’expérience en tant que comptable.

Cadres légal et réglementaire

Il s’agit d’une profession réglementée, rigoureusement encadrée par l’Ordre des experts-comptables, lui-même rattaché aux ministres de l’Économie et du Budget. Un expert-comptable ne peut exercer que s’il détient le diplôme français d’expertise comptable. Et encore, il ne s’agit là que d’une condition préalable. Le diplôme est décerné au bout d’un cursus spécial qui dure en principe 8 années, incluant 3 années de stages à effectuer au sein d’un cabinet. Une fois le diplôme obtenu, le futur professionnel s’inscrit au tableau de l’Ordre des experts-comptables. Il prête serment au moment de son inscription : l’expert-comptable doit s’engager à se soumettre au code de déontologie du métier, respecter les normes professionnelles et satisfaire aux obligations qui lui incombent. Suite à cet engagement, il est constamment contrôlé dans l’exercice de sa fonction. Enfin, avant d’accepter sa première mission, il doit souscrire une assurance civile professionnelle.

Un expert-comptable doit avoir procédé à son inscription à l’ordre d’une part et d’autre part, être répertorié sur l’annuaire. Sans ces deux conditions, aucune mission ne peut lui être confiée.

Les missions comptables d’un expert-comptable

S’il s’en sent capable, ou qu’il a suivi une formation comptable, un dirigeant d’entreprise peut choisir de s’occuper lui-même de sa comptabilité. D’autres préfèrent recruter un comptable ou font le choix de l’externalisation en recourant à un expert-comptable. Malgré son rang d’expert, ce professionnel de la comptabilité possède un profil de généraliste « accompli ». Sa seule intervention présente l’avantage de simplifier toutes les démarches administratives, très souvent complexes pour le non-initié. Sa mission ne consiste pas seulement à tenir la comptabilité de l’entreprise. Il la surveille également et procède aux arrêtés des comptes avant l’établissement des bilans, comptes de résultats et annexes. Il se charge également des révisions et de l’appréciation de la comptabilité de l’entreprise pour laquelle il est en mission. Enfin, il garantit le respect des principes de régularité et de sincérité prévus à l’article 120-2 du Plan Comptable Général.

Les missions hors du domaine comptable

À la demande de son client, l’expert-comptable lui trouve des aides au financement de ses investissements. L’expert-comptable a également les compétences nécessaires pour évaluer une entreprise. Il crée des outils de gestion, assure un rôle de secrétariat juridique, est amené à établir des fiches de paie, réalise les déclarations fiscales, conseille en cas de contrôle fiscal, encadre les réorganisations administratives. Il intervient aussi auprès des comités d’entreprise dans le cadre de missions légales. Il donne des conseils sur les démarches à suivre en matière d’exportation. Il est lié aux décisions stratégiques et à leur réalisation. On le voit, même si la comptabilité constitue le cœur de métier de l’expert-comptable, son domaine d’intervention au sein d’une organisation (entreprise, association, particulier…) est vaste.

Le métier d’expert-comptable est différent de celui du commissaire aux comptes même si très souvent, un expert-comptable est également commissaire aux comptes.


Autres articles intéressants