Le contrôleur de gestion

Malgré un nom qui n’entretient aucun lien avec le monde de la comptabilité, le contrôleur de gestion en fait bel et bien partie. Ce métier peut-être désigné par deux autres appellations : analyste de gestion et responsable de la planification et de la gestion.

Un métier marqué par le relationnel et la manipulation des chiffres

Le pilotage opérationnel et stratégique d’une entreprise est confié au contrôleur de gestion. Il met en place différentes stratégies pour atteindre les objectifs de l’entreprise en matière par exemple de volume de production ou de la quantité de ressources techniques et humaines à mobiliser. Pour ce faire, il se base sur les informations communiquées par les responsables des autres départements de l’entreprise. Mais sa principale matière première ce sont les données recueillies auprès des services comptables. Cette première description de la fonction explique pourquoi un bon contrôleur de gestion doit-être doté d’un grand sens du contact. Le contrôleur de gestion épluche constamment les performances de l’activité (la production journalière par exemple), puis il transmet régulièrement un rapport à la direction. Chaque fois que les prévisions s’avèrent trop ambitieuses au vu des résultats, il procède à des réajustements et propose une restructuration. Pour réussir dans le métier, il faut donc aimer les chiffres !

Un métier fortement technique et parfois spécialisé

Un contrôleur de gestion peut-être généraliste ou spécialisé dans un domaine précis en fonction de la taille de l’entreprise et le secteur d’activité. Par exemple, un contrôleur de gestion chargé des budgets s’occupe de la mise en place des divers budgets prévisionnels, contrôle leurs applications grâce à des outils qu’il crée lui-même et étudie les différences entre les prévisions et les réalisations. Le contrôleur de gestion industriel suit de près l’évolution mensuelle du niveau de production tout en gardant un œil sur les variations des coûts de production. Les contrôleurs de gestion travaillant dans les sociétés cotées en bourse ont une charge de travail beaucoup plus élevée qu’ailleurs.  En effet, les informations qu’il doit présenter aux actionnaires sont plus nombreuses et les présentations sont récurrentes. D’une manière générale, dans une petite ou moyenne structure, ce spécialiste des coûts se focalise sur les indicateurs de trésorerie tandis que dans un grand groupe il veille sur des données telles que les besoins en fonds de roulement.

Diplômes et qualités pour devenir contrôleur de gestion

L’objectif principal du contrôleur de gestion est d’améliorer la performance de l’entreprise en agissant sur les coûts. Il est un salarié de l’entreprise.  Cette fonction ne peut-être exercer qu’avec un master 2 ou un bac+5 dans le domaine de la comptabilité (le DSCG par exemple). Les qualités essentielles pour réussir dans le métier sont la réactivité, l’esprit de synthèse, une aisance relationnelle, une capacité poussée d’analyse et d’anticipation, une bonne mémoire. Par ailleurs, il doit travailler avec méthode, être organisé et structuré, maîtriser parfaitement les techniques ainsi que les outils comptables et enfin, faire preuve d’une résistance hors du commun au stress.

Les documents issus du travail du comptable sont les principaux supports de travail du contrôleur de gestion dont le domaine de prédilection est le contrôle des budgets de l’entreprise où il travaille.


Autres articles intéressants