Les écritures liées à la liquidation d’une entreprise

La liquidation d’une entreprise est liée à sa disparition économique. Autrement dit, il y a cessation d’activité. Cette décision est prise par le ou les propriétaires : exploitant individuel s’il s’agit d’une entreprise individuelle ou les associés d’une société. La cessation d’activité peut également résulter d’une décision de justice à l’issu d’une procédure judiciaire.

Les écritures du bilan de clôture de liquidation

En comptabilité, la liquidation est marquée par 3 opérations afin de dresser un bilan de clôture de liquidation : la réalisation de l’actif (on cède les éléments d'actif, en les vendant par exemple), la récupération des créances et le règlement du passif. Mais avant de procéder à ces opérations, l’entreprise procède à un inventaire et établit le bilan de liquidation. Il enregistre ensuite les opérations de liquidation dans le journal et établit le bilan de clôture de liquidation. Ce document met officiellement fin à l’activité de l’entreprise et au passage, il permet de déterminer ce qu’il restera aux propriétaires sur l’ensemble du patrimoine de l’entreprise. La constatation de ce qui est rendu aux propriétaires constitue l’objet des écritures de partage pour lesquels on utilise le compte 4567-Associés - Capital à rembourser dans le cas d’une société. Une fois les écritures de partage achevées, on passe à l’étape finale : il s’agit d’arrêter et de solder les derniers comptes qui viennent d’être utilisés.

Le bilan de clôture de liquidation possède seulement 3 catégories de postes : une rubrique dédiée à quelques comptes de trésorerie que ces dernières soient disponibles ou réalisables à court terme, la rubrique Capitaux propres composée du capital ainsi des réserves, et enfin, le compte « Résultat de liquidation ». Ce dernier est inscrit au passif du bilan de clôture si le résultat est positif (on parle de boni) ou à l’actif s’il est négatif (on parle de mali).

Le bilan de liquidation d’une entreprise individuelle

Les états financiers de l’entreprise sont arrêtés à la date de la liquidation. On retient généralement la date à laquelle les activités ont cessé. À ce moment, l’entreprise dresse un inventaire puis établit un bilan de liquidation. Commence alors les différentes opérations de liquidation. Durant cette période, le compte 87-Résultat de liquidation sera le seul et l’unique qui sera mouvementé en contrepartie des comptes d'Actif concernés par les opérations de liquidation. L’entreprise  crédite 87 du montant des plus-values et de ceux de la réalisation des autres actifs tandis que les moins-values et les remboursements des dettes servent à le débiter. Le compte est ensuite soldé pour déterminer le résultat de liquidation. On passe à l’établissement du Bilan de clôture de liquidation. A titre de rappel, le boni est à faire figurer au Passif du Bilan de clôture, après les Capitaux Propres. Le mali se retrouve à l’Actif après les comptes de trésorerie.

Pour finir, on vire le résultat de liquidation au compte Capital, puis le nouveau montant de ce dernier sert à solder les comptes de trésorerie. Le capital restant revient à l’exploitant individuel. Attention, si le résultat de liquidation est un mali, son montant est déduit du capital et non ajouté.

Le bilan de liquidation d’une société

Les opérations comptables sont effectuées par un liquidateur désigné soit à l’unanimité par les associés, soit par le président du tribunal de commerce. Il procédera exactement comme dans le cas d’une entreprise individuelle : réalisation d’un inventaire, établissement du bilan de liquidation, enregistrement au journal des opérations de liquidation, établissement du bilan de clôture. On notera que si le résultat de liquidation est une perte, cette dernière doit être supportée par les associées. La répartition est alors réalisée conformément au statut ou proportionnellement au nombre de parts sociales détenues par chacun.


Autres articles intéressants