Les factures de fournisseurs

Voyons comment ça se passe au niveau comptable lorsque l’entreprise achète. Il s’agit d’achat d’exploitation ou plus précisément, d’achat d’approvisionnement (matière première, marchandises, produits et services). Les achats d’immobilisation (c’est-à-dire les investissements tels que l’acquisition d’une machine) sont traités différemment. Il est important de connaître tous les comptes à imputer dans ces types de dépense pour éviter les erreurs d’imputation (utilisation des comptes d’immobilisation par exemple alors qu’il s’agit de dépenses d’exploitation).

Définition de l’achat d’approvisionnement

Ce sont toutes les dépenses réalisées par l’entreprise et qui n’engendrent pas l’introduction de nouveaux éléments dans l’Actif du Bilan. Les achats d’approvisionnement concernent par exemple les achats de marchandises, les achats de biens destinés à la production et qui sont parfois stockés en attendant leur utilisation, les travaux et services. On notera que ces achats peuvent relever d’une obligation légale à laquelle est soumise l’entreprise. Ils peuvent également être justifiés par des circonstances exceptionnelles. Plusieurs comptes sont utilisés pour enregistrer les achats.

Les comptes relatifs aux achats auprès de fournisseurs

Les achats stricts, ainsi que les frais et réductions qui y sont liés, mettent en mouvement le compte « 60-Achats » et quelques-unes de ses subdivisions :

  • « 601-Achats stockés - Matières premières (et fournitures) »,
  • « 602-Achats stockés - Autres approvisionnements »,
  • « 606-Achats non stockés de matière et fournitures »,
  • « 607-Achats de marchandises »
  • « 609-Rabais, remises et ristournes obtenus sur achats ».

Les variations de stock qui résultent des achats impliquent la mise en jeu du compte « 603-Variations des stocks (approvisionnements et marchandises) ».

Les comptes relatifs aux charges externes nécessaires au cycle d’exploitation

Pour les charges inévitables, car elles assurent la bonne marche du cycle d’exploitation, le comptable d’entreprise utilisera le compte « 62-Autres services extérieurs »  et plusieurs de ses subdivisions : « 621-Personnel extérieur à l’entreprise »,

  • « 622-Rémunérations d’intermédiaires et honoraires »,
  • « 623-Publicité, publications, relations publiques »,
  • « 624-Transports de biens et transports collectifs du personnel »,
  • « 625-Déplacements, missions et réceptions »,
  • « 626-Frais postaux et de télécommunications »,
  • « 627-Services bancaires et assimilés »,
  • « 628-Divers » (les cotisations payées, les frais engendrés par la procédure de recrutements tels que les annonces dans les médias),
  • « 629-Rabais, remises et ristournes obtenus sur autres services extérieurs ».

Les charges relatives aux investissements

Il s’agit des dépenses engagées dans le cadre de l’acquisition, de la mise en route et de l’entretien des investissements.  Pour cela, le comptable fait jouer le compte « 61-Services extérieurs » ainsi que ses subdivisions :

  • « 611-Sous-traitance générale »,
  • « 612-Redevances de crédit-bail »,
  • « 613-Locations»,
  • « 614-Charges locatives et de copropriété »,
  • « 615-Entretien et réparations »,
  • « 615-Entretien et réparations »,
  • « 616-Primes d’assurances »,
  • « 617-Etudes et recherches »,
  • « 618-Divers »,
  • « 619-Rabais, remises et ristournes obtenus sur services extérieurs ».

Comptabilisation des achats et établissement des factures

Dans la théorie, le schéma de comptabilisation d’un achat est assez simple. La comptabilisation se fait en deux étapes : la première consiste à enregistrer dans le journal la facture et la seconde consiste à enregistrer le paiement quand celui-ci est envoyé. Chaque fois que l’entreprise reçoit une facture, elle doit l’enregistrer au journal. La réception de cette facture implique en principe l’apparition d’une dette à l’égard des fournisseurs. Lors de la réception de la facture, on débite tous les comptes de charges précédemment présentés (60,61 et 62) du prix d’achat hors taxe, on débite le compte de TVA du montant de la TVA à déduire (« 4456-Taxes sur le chiffre d’affaires déductibles » ou mieux encore « 44566-T.V.A. sur autres biens et services ») et on crédite le compte « 40-Fournisseurs et comptes rattachés » du montant TTC de l’achat.


Autres articles intéressants