Réduction, avance et acompte

Comment l’entreprise enregistre-t-elle au journal les réductions qu’elle reçoit de ses fournisseurs ainsi que les avances qu’elle paie à ses fournisseurs ?

Rappel sur les notions de réduction

Les rabais, remises et ristournes constituent des réductions commerciales. Le net commercial désigne le montant hors taxe de l’achat, diminué des réductions commerciales. Ces dernières se calculent toujours en cascade si le vendeur les consent tous ensemble au moment de la facturation. Les rabais sont des réductions commerciales exceptionnelles appliquées pour compenser un dommage ou un préjudice. Les remises sont des réductions commerciales fixées dans un objectif marketing et de chiffre d’affaires (on parle de remise en période de promotion, ou encore, on reçoit une remise lorsque le montant de la commande est élevé). Enfin, les ristournes sont le privilège des clients ayant un statut particulier auprès d’un fournisseur. C’est le cas des clients fidèles. Pour leur part, les escomptes sont une catégorie de réduction financière. Le net financier est égal au montant hors taxe de l’achat auquel on soustrait le montant de l’escompte.

C’est après avoir calculé le Net commercial que l’on applique l’escompte pour obtenir le net financier. La TVA est à calculer sur le net commercial ou le net financier le cas échéant.

Comptabilisation des réductions sur achat d’approvisionnement

On ne comptabilise pas les réductions commerciales mentionnées sur la facture de Doit réceptionnée. On débite directement les subdivisions du compte 60-Achats (par exemple : 607-Achats de marchandises) du montant du net commercial. En revanche, si les réductions commerciales sont reçues postérieurement à la facture initiale, son enregistrement comptable s’impose. Cette facture, reçue après la première facturation et annonçant une réduction commerciale accordée par le fournisseur, est appelée facture d’Avoir. La réduction qui y figure est enregistrée au crédit du compte « 609-Rabais, remises et ristournes obtenus sur achats », et en contrepartie, on débite le compte « 401-Fournisseurs ». Concernant l’escompte, toujours annoncée via une facture d’Avoir, il est comptabilisé au crédit du compte « 765-Escomptes obtenus » et sa contrepartie est le débit du compte de tiers concerné (par exemple : 401-Fournisseurs) ou du compte de trésorerie impliqué.

Les avances et acomptes payés au fournisseur

Les avances peuvent être exigées par le fournisseur ou à l’initiative de l’acheteur. Lors de la réception de la facture liée au paiement d’une avance ou d’un acompte, le montant à verser est à inscrire au crédit du compte « 4091-Fournisseurs - Avances et acomptes versés sur commandes » contre le débit du compte « 401-Fournisseur ». Après le paiement de l’avance, on débite le compte « 4091-Fournisseurs - Avances et acomptes versés sur commandes » et on crédite le compte de trésorerie concerné (par exemple : 512 – Banque). Lors de la facturation définitive, il ne faut surtout pas oublier de solder le compte 4091. Pour ce faire, il suffit de contrepasser l’écriture précédente. En clair, on crédite 4091 du montant de l’avance et on débite le compte « 401-Fournisseur » de la même somme.

Toujours lors de la facturation définitive, on n’omet pas d’enregistrer la facture au journal en débitant le compte de charge associé (par exemple : 607-Achat de marchandise) ainsi que le compte de TVA (4456-Taxes sur le chiffre d'affaires déductibles) et en créditant le compte 401-Fournisseur.


Autres articles intéressants