Les emprunts indivis

Le système financier reconnaît deux catégories d’emprunts indivis : les emprunts remboursés en bloc et ceux remboursés par fractions.

Le remboursement in fine des emprunts indivis

Le remboursement a lieu à la fin de la durée de l’emprunt. Cette durée est divisée en plusieurs périodes bien précises. Le paiement des intérêts intervient à la fin de chacune de ces périodes. Chaque fois, son montant est calculé sur le montant intégral de l’emprunt sauf lors de la première période où il est souvent nécessaire de le calculer au prorata. Par exemple, la première année d’un emprunt remboursable au bout de 4 ans, si à la date où l’emprunt a été contracté il reste 4 mois avant la fin de l’année, cela signifie qu’il n’y a que 4 mois d’intérêts courus, c’est-à-dire 4 mois d’intérêts non encore versés. Pour avoir le montant de l’intérêt à payer, on applique la formule suivante : montant du prêt x taux d’intérêt x 4/12. Sur les autres années, le montant de l’intérêt annuel à payer est calculé sur le montant intégral de l’emprunt. La dernière année, l’entreprise paye à la fois le montant de l’intérêt annuel et le montant de l’emprunt.

Le remboursement par fraction d'un emprunt

On distingue le remboursement par amortissements constants et le remboursement par annuités constantes. Dans le cas de la solution des amortissements constants, une même portion du capital est remboursée à chaque échéance (par exemple : tous les ans) en plus de l’intérêt calculé sur le montant de l’emprunt qui reste à payer. Le premier montant correspond à l’amortissement du capital tandis que le deuxième montant constitue l’intérêt sur le capital restant dû. La somme de ces montants constitue l’annuité. On obtient l’amortissement du capital en divisant le montant de l’emprunt par le nombre de périodes sur lequel il est remboursable (par exemple : un emprunt de 100 000 euros à rembourser sur 5 ans donne lieu à un amortissement du capital de 20 000 euros à payer chaque année durant 5 années). Concernant l’option des annuités constantes, il s’agit de verser une annuité constante chaque fois que l’on arrive à une fin de période. L’annuité constante est calculée selon la formule suivante : montant de l’emprunt x [(taux d’intérêt/100)/(1-(1+taux d’intérêt/100)      ).

(taux d’intérêt/100) signifie par exemple que pour 15% on calcule 15/100.

Comptabilisation au journal du remboursement en bloc

  • A la date d’emprunt : on débite « 512-Banque » et on crédite « 164-Emprunts auprès des établissements de crédit »  du montant de  l’emprunt.
  • En fin de période, au moment de passer les écritures d’inventaire : on débite « 6611-Intérêts des emprunts et dettes » et on crédite « 1688-Intérêts courus » du montant de l’intérêt à verser calculé au prorata.
  • Au début d’une nouvelle période, à l’ouverture de l’exercice, on procède à la contre-passation de l’écriture précédente : on débite « 1688-Intérêts courus » et on crédite « 6611-Intérêts des emprunts et dettes ».
  • A la date du paiement des intérêts annuels sur cette nouvelle période : on débite « 6611-Intérêts des emprunts et dettes » et on crédite « 512-Banque »  du montant de l’intérêt calculé sur le montant de l’emprunt.
  • A la fin de cette nouvelle période, on procède aux mêmes écritures d’inventaire que celles de la précédente période. Et on n’oublie pas de contre-passer ces écritures lors de l’ouverture du prochain exercice.
  • Lorsqu’arrive  la date de remboursement de l’emprunt, on débite « 164-Emprunts auprès des établissements de crédit » , « 6611-Intérêts des emprunts et dettes » et on crédite « 512-Banque ».

Comptabilisation des remboursements par fractions

A la date de remboursement de chaque annuité, on débite « 164-Emprunts auprès des établissements de crédit » ainsi que  « 6611-Intérêts des emprunts et dettes » et on crédite « 512-Banque » du montant de l’annuité. Et surtout, on n’oublie pas d’effectuer les écritures d’inventaires portant sur les intérêts ainsi que les contre-passations de ces écritures (on procède de la même manière que pour les remboursements en bloc) à chaque fin et début d’exercice.


Autres articles intéressants